Entrainement avec les Jeunes Athlètes

photo 5
Quand on pense au sport, c’est souvent pour parler du Running et des marathons. Les grandes marques telle que Nike ou Adidas créent des Running crews partout dans le monde afin de créer le sentiment d’identité ( Boost Battle Run, Paris RC…). Nous nous sommes intéressé à un groupe dont l’objectif est beaucoup vaste que le Running.  Ce crew s’appel “Jeune Athlète” et    c’est à Bondy, au stade Léo-Lagrange que nous les avons rencontré.
The Dear Journal: Salut les mecs, vous pouvez vous présenter?
Jeunes Athlètes: Baba AKA Babs AKA Baye Fall ( @theinsta_babs). 31 ans.
J’ai fait de l’athlétisme pendant des années en club dans ma jeunesse avec le football à côté comme tout mec de quartier, puis je me suis converti aux arts martiaux plus précisément le Muay Thai et le Jiu Jitsu Brésilien. Je n’ai pas encore combiné les deux pour me mettre au MMA mais j’y pense… J’ai aussi entraîné les moins de 15 ans au muay thai.
•Jéremy aka le sachet de thé ( @le_s2t ).J’ai joué et entrainé des petits au foot pendant longtemps et un peu partout avant de commencer l’athlé sur le tard, à 21 ans. Je fais un peu de tout, du 200m au 1500m.
•Javier (@6heuresdumatin) aka Sugar Azucar aka Le sucre n’est jamais mort. Cornerback (Football Américain) 23 ans, le coté obscur chez JeuneAthlete.
•JR, alias Le Loup ( @diogzillajr ). 30ans, sports addict, Sprinter (400m-200m). Connecteur, Mover & Shaker pour JeuneAthlete .
Jeune athlète
TDJ: JeuneAthlete c’est quoi? Combien vous êtes? (ça regroupe plusieurs sports ou seulement l’athlé’?)
JA: JeuneAthlete, c’est un collectif créatif. On s’est tous rencontrés via notre passion pour le sport et on s’est rendus compte qu’on avait pas mal d’idées en commun. Donc même si notre nom évoque le sport, on ne se fixe pas de limites; notre message va au-delà.
On veut montrer que le potentiel qu’il y a en banlieue et dans les coins undergrounds est beau, vrai, authentique et sans limites.
JA se veut être un vecteur des valeurs de courage, de work hard, de beauté dans la difficulté. Et notre blase va dans ce sens:
📍JEUNE: du latin juvenus, le commencement
📍ATHLETE: du grec athlon, la lutte, le combat, l’exploit.
Il y a donc cette notion de combat éternel, de remise en question, de grind errrrday afin d’atteindre un potentiel qui se renouvelle chaque jour.
JeuneAthlete c’est une famille tout simplement, c’est avancer en cohésion, comme des Spartiates.
photo 3
 TDJ: Pourquoi avoir créé JeuneAthlete?
JA: À la base c’est parti d’un délire où on voulait juste partager des photos de nos divers sports de prédilection ; Puis de là, on s’est trouvé un lien important qui est le SPORT, LE CHARBON, et le fait que ce qui se fait en ce moment sur les réseaux sociaux ne nous représente pas, ou ne traduit qu’une infime facette du sport. Faire du sport ce n’est pas toujours fun, ce n’est pas seulement manger des graines avant-effort et ce n’est surtout pas passer 30 minutes à se prendre en photo torse nu devant le miroir #fitness #bodybuilding #machin … J’ai tout donné sur le terrain, sur la piste, à la salle, ce que je fais est réel, j’ai pas besoin de le mimer.
On a donc créé JeuneAthlete pour proposer une alternative à la vision qu’une certaine élite a du sport et de qui fait du sport, comment et dans quel interêt.
Automatiquement il y a des idées qui ont vu le jour et depuis qui ne cessent de mûrir…
photo-11
TDJ: Vous êtes aussi photographes?
JA: Quand on a commencé, la première chose qu’on nous a demandé c’était «mais qui prend vos photos? Elles sont trop belles!! » Comme si on était incapable d’ajouter une corde de plus à notre arc… Nous ne sommes peut-être pas photographes mais nous sommes de bons observateurs. On a un oeil différent qui nous permet d’analyser notre réalité et de la sublimer sans artifices.
On a commencé avec tout ce qui nous tombait sous la main: «iPhone 5s si siii, nokia 3310 OKLMZERE, motorola star tac 2 doigts narvallo, sans oublié le ericsson t18s avec clapet “ta vi”… » ; mais plus sérieusement on a tout appris sur le tard avec ces appareils reflex là!
Visuellement, tous les projets qu’on a proposé jusque là ont été vraiment naturels. Biensûr qu’il y a des photoshoots, mais à chaque fois ça s’est fait naturellement, de nos propres mains et c’est ce qui ressort de Jeune Athlete.
photo 8 photo-16
TDJ: Qu’est-ce que vous pensez de la tendance du running en France? vous vous reconnaissez dans ce type de courses? (marathon etc)
JA: Le running c’est une affaire qui marche et elle est marrante la question car on s’est tous rencontré pour l’opening du shop Nike Running Saint-Michel en 2013.
Quelque part c’est vraiment bien car ça coûte pas cher, et puis si ça peut éviter de se terrer le cul devant Zone Interdite et Vivement Dimanche…
Malgré tout, aucun de nous ne se reconnait dans la tendance globale du running actuellement. À travers toutes les courses organisées par les grandes marques une seule et même population est surtout représentée: le bobo parisien qui souvent donne l’impression de faire du sport par effet de mode et/ou juste pour le fun. Il y a un côté élitiste trop soigné qui dérange un peu car ça fait clivage. On a l’impression que l’image qu’on véhicule du Running c’est d’avoir son petit collant, sa paire de shoes lookée et puis, si on regarde bien il n’y a pas de communication par rapport aux Run Clubs en banlieue. Les marques ont leurs outlets là bàs, mais ils n’y communiquent pas, pourquoi? Le potentiel du banlieusard et sa pratique de la course à pieds font-ils peur?
Après c’est comme tout, y’a du bon et du moins bon. Même si les marques commencent à bien s’approprier le phénomène, ce qui compte ce sont les hommes au final. On y a vu des sportifs impressionnants, redoutables ainsi ainsi que des Hommes chan-mé. Regarde, Jérem est parti vivre à Manchester pendant 1 an et au bout de deux jours il courait  sur piste avec le run club local! Ils l’ont accueillit comme si il était de la famille et sans le running, il aurait dû mandier de l’amitié, lol.
•À côté de ça nous c’est surtout les duels, l’intensité sur piste qui nous intéressent.
Quand tu fais les 10 km de Paris Centre, tu as le temps de te remettre en question sur toute ta vie (true story). C’est long ces délires là!!
Javier lui a besoin d’être le plus véloce possible pour cogner son adversaire. Donc cette notion animale de la vitesse on ne la retrouvera jamais sur les courses sur route.
photo-15 photo 6
TDJ: Vous avez un athlète préféré? Celui qui vous inspire le plus?
JA:
BABA: J’ai beaucoup d’athlètes qui m’inspirent, des vraies legendes qui inspirent tout le monde dans le sport: Michael Jordan, Muhammad Ali, Michael Johnson… mais pour moi durant ces dernières années je donne le titre à Jon Jones. Parti de rien avec une famille à nourrir. Il est passé de videur de boîte de nuit au plus jeune champion du monde UFC en tapant tous les grands champions qui étais déjà installés et connus de tout le monde; il avait décroché un contrat avec Nike qui en général ne sponsorise pas les fighters.
•JR: Christian Taylor, athlète et ami. Inspirant par son goût de l’effort, sa joie de vivre en toutes circonstances et par son expérience de la vie. Je l’appelle Gandhi.
Il y a aussi l’artiste JR, c’est un provocateur qui débanalise la banalité et la starifie sans limites.  Je recommande à tout le monde son travail de caricature sur les banlieues (28mm, portraits d’une génération). Un must!!
•JAVIER: Je n’ai pas d’athlète préféré, il y en a beaucoup qui m’inspirent dans leur éthique et leur façon d’être en dehors et sur le terrain, mais j’ai jamais été fanatique d’un joueur en particulier. Ce sont des hommes avec deux bras et deux jambes comme toi et moi, j’aime ce qu’ils font, mais parce qu’untel s’est fait une coupe je ne vais pas faire la même.
Bon j’avoue que j’avais fait la coupe de Ronaldo le brésilien quand j’étais petit, le bout de moquette sur l’avant du crâne…
photo-13
photo-14
TDJ: Vous faites pas mal d’interviews de sportifs sur votre site, ce que vous voulez c’est montrer à tous les jeunes athlètes qu’ils peuvent être ce qu’ils veulent ?
JA: Oui tout à fait. Les sportifs qu’on interview sont avant-tout des amis, des potos de plus ou moins longue date, des gens comme nous, des mecs qui chaque jour choisissent d’investir une part de leur potentiel dans leur sport ou leur art.
Si en regardant notre travail, n’importe qui ( surtout les jeunes ) peut prendre conscience qu’il est beaucoup plus que la fonction imposée par la société, c’est mission accomplie pour nous. La polyvalence c’est un must, sinon tu te fais bouffer.
On a vraiment envie de montrer la richesse de ce qui nous a construit. Tout ce que tu trouves dans le sport c’est ce combat que l’on vit tous les jours.
JeuneAthlete c’est l’endroit où on est fier de tout ça et où on prouve que peu importe d’où l’on vient, on peut être inspirés, créatifs et se battre pour ce qu’on aime.
Un Jeune Athlete refuse d’être rangé dans une case, il se débrouille et persévère jusqu’à montrer sa vraie valeur.
TDJ: Dans 5 ans vous vous voyez où avec Jeune•Athlete?
JA: Là où personne ne nous attends…
photo-17
Vous pouvez retrouver le crew Jeune Athlète sur les réseaux sociaux:
Instagram du crew: @jeune.athlete
Instagrams perso: @theinsta_babs, @le_s2t, @6heuresdumatin, @diogzillajr
Site internet: www.jeuneathlete.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *